Mauritanie : Mettre à jour notre stratégie de protection des frontières.

Dernière mise à jour : 9 févr.

Le Hodh Chargui n'est pas la seule région à devoir rester sur ses gardes, le Hodh El Gharbi, l'Assaba et le Ghidimakha doivent aussi être très vigilantes dans les déplacements effectués par les populations.

Les patrouilles Méharistes sont une bonne chose. Nous devons néanmoins opter pour des outils et des méthodes plus technologiques. La frontière avec le Mali est immense, couvrir cette étendue de territoire avec des moyens humains est tout simplement impossible.


La technologie radar est très avancée de nos jours, au point où nous pourrions mélanger différentes approches afin d'optimiser la surveillance du territoire. Il existe des systèmes de détection d'intrusion périmétrique qui couplés avec un radar commercial et d'autres instruments peuvent non seulement détecter les intrusions, traquer le mouvement des cibles et les géolocaliser avec précision.


Nous pouvons aussi développer une application mobile, qui permettra aux Mauritaniens qui vivent dans des zones considérées comme dangereuses, de pouvoir donner leur position en cas de détresse à l'unité mobile de gendarmerie, de police ou de l'armée la plus proche.


Les systèmes optroniques (optique et électronique) stationnaires sont affectés aux missions d’observation et de surveillance. Ils ont été conçus pour les frontières, les côtes, le trafic maritime, les aéroports et les raffineries de pétrole.


Enfin, vous avez les radars qui réagissent aux détonations d'armes à feu, donc à un bruit précis.

29 vues1 commentaire