Mauritanie : Comment se libérer du fardeau de l’apocalypse nucléaire ?

Dernière mise à jour : 26 sept.

Grande question, s’il en est. Les armes nucléaires sont bien réelles, le nucléaire civil aussi.

Cette menace, ce danger, nous vivons finalement avec, depuis le moment de sa conception.

L’utilisation de cette découverte, en arme de destruction massive, est le fruit des États-Unis d’Amérique. Ce sont eux, qui ont franchi la ligne rouge, en attaquant des civils pour prouver au monde entier leur puissance et leur absolu mépris de la vie humaine.

Les Japonais, traumatisés, humiliés, vont apprendre à aimer leurs bourreaux, à les imiter et à les soutenir en tout. L’ampleur de ce traumatisme ne me permet pas de les juger, je ne fais que constater ce qu’ils sont aujourd’hui.


Certains disent, que la terre était là bien avant nous et qu’elle sera là bien après nous.


Je crois que c’est aller un peu trop vite en besogne. C’est négliger l’impact de notre existence sur elle.


C’est ignorer la dangerosité, la cruauté, la cupidité, la brutalité de notre espèce.


Notre mortalité nous rend un peu égoïste, génération après génération, nous demeurons avides de toujours "mieux vivre", de toujours plus de "confort", plus de "luxe".

Nous ne sommes jamais rassasiés.


Je crois que l’autodestruction est notre avenir. Que notre planète ne survivra pas longtemps après notre complète disparition.


Je crois que si nous ne réussissons pas à vaincre notre peur de mourir, nous ne parviendrons pas à faire entendre raison, à ceux qui nous intimident par leur puissance militaire.


En sachant cela, le sens de la vie devient tout de suite plus clair. Nous ne sommes que des idées et des croyances. La mort est une certitude.

Que l’apocalypse vienne avec plusieurs missiles nucléaires ou avec des cavaliers ailés qui descendent du ciel, ce qui est certain, c'est que nous n’y survivrons pas.

Désolé pour le business des survivalistes ou preppers.


Nous devons vaincre notre peur de mourir, ou notre peur de manquer, parce que sinon, le continent Africain sera recolonisé par les puissances occidentales.


Si ces dernières s’entêtent dans leur volonté d’affronter des puissances comme la Russie et la Chine, elles auront besoin d’avoir accès aux matières premières sans encombre.


Ensuite, il y aura le problème des voies d’accès maritimes et fluviales, les espaces aériens, etc.


Cela suggère d’avoir le contrôle des territoires et espaces en question.


On peut y arriver par le jeu des alliances me direz-vous ? Les occidentaux donnent-ils vraiment de la valeur à notre parole, à plus forte raison à nos alliances ?

Vous voulez peut- être parler du G5 Sahel, que les occidentaux et la communauté internationale peinaient à financer et qui sont pourtant aujourd’hui outrés que le Mali en soit sorti ?

Soyons sérieux.


La main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit.

Les alliances ne suffiront pas.


Voici un groupe (le G5) qui se crée, pour combattre entre africains, le terrorisme qui sévit en Afrique.


Tout ce que les responsables africains demandaient, c’est du financement, de l’équipement et un encadrement de leurs partenaires.


Si le terrorisme est la menace que l’on nous dit, comment interpréter cette réticence de ceux qui lui ont déclaré officiellement la GUERRE ?


Il s’agit d’une redéfinition des frontières, de scinder des pays et de céder des territoires aux alliés africains les plus méritants, peut-être même aux Arabes du golfe, en s’assurant du même coup le contrôle des matières premières du continent.

Par exemple, ce scénario est purement fictif évidemment, prenons nos voisins sénégalais, qui sont démographiquement en croissance, qui sont industrieux et travailleurs et qui ont un petit pays.


Ils se suffiraient amplement d’une partie du sud mauritanien. Et des gens du sud de la Mauritanie pourraient bien y être favorable.


Nos voisins marocains pourraient, s’ils avaient l’assurance d’un complet soutien de la part des occidentaux et des Israéliens, aller au-delà du Sahara occidental pour s’emparer du nord de la Mauritanie. Et des gens du nord de la Mauritanie pourraient y être favorable.


Nos voisins maliens qui ont un immense territoire, qui sont riches et qui ont une population jeune et en pleine croissance. Il ne leur manque juste qu’un accès à la Mer. C'est tout à fait négociable et des gens en Mauritanie pourraient y être favorable.


Aiguiser les appétits pour convaincre, c’est le seul moyen pour persuader des gens pauvres qui vivent en paix, de prendre part à une guerre mondiale à fort potentiel nucléaire, pouvant même leur choir sur la tête depuis l’espace.


Craindre l’apocalypse, c’est craindre la mort.


Et au fond, quand on creuse bien, si on n’est pas une complète ordure d’être humain, ce n’est pas vraiment notre mort qui nous fait peur. C’est celle des gens qu’on aime, qu’on redoute le plus.


Au nom de ceux que vous aimez, au nom de toute la descendance d’Adama et de Awa, je vous prie de ne pas prendre parti, dans le désordre que les puissances occidentales veulent mettre dans ce monde.


Formez plutôt des alliances avec ceux qui vivent avec vous, sur ce continent.

Protégez notre continent des ennemis intérieurs qui ont juré allégeance à des groupes terroristes transnationaux. Contre tout ennemi extérieur qui voudra nous forcer à participer à des affaires qui ne nous concernent pas et qui doivent se résoudre autour d’une table, comme des gens civilisés.

77 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout