Garder un œil, sur le processus de la magie électorale en Mauritanie.

Dernière mise à jour : 22 août 2021

Une certaine dose de masochisme est nécessaire, à la volonté de couvrir les élections présidentielles en Mauritanie. C'est une saison très déprimante, pour celui ou celle qui persiste à attendre quelque chose de positif, de cette période décisive qui embraye le pays vers 5 nouvelles années, de conduite politique à l'aveugle.

Des centaines de candidatures acceptées sur des critères inconnus, des programmes politiques inexistants, une presse bâillonnée, des personnalités politiques arrêtées, un fichier électoral controversé, une commission loin de faire l'unanimité du point de vue de son indépendance.

Voici le beau prélude à des élections démocratiques en Mauritanie.


Circulez, il n'y a rien à voir.

Il y a les vilains tours qui sont destinés purement à l'opposition politique, pour la distraire, lui faire perdre du temps, la pousser à se concentrer sur des luttes de politiques politiciennes. Pendant qu'elle dénonce, qu'elle conteste, elle ne va pas à la rencontre des Mauritaniens, elle ne déroule pas son programme, elle ne présente pas l'alternative qu'elle est censée incarner.


En y regardant de plus près.

Ce qui est triste et dommage, pour une enfant comme moi, née sous un régime militaire et qui n'a finalement connue que cela. C'est de devoir se retrouver dans cette position inconfortable, où l'on doit dire une certaine vérité à ses aînés, sans les offenser ni les blesser.


L'opposition politique en Mauritanie, avait les personnes, les idées, les talents, les savoirs, et l'esprit d'ouverture nécessaires, pour gérer les affaires du pays et produire des politiques efficaces en direction des populations.


Elle pouvait changer la dynamique politique, économique et sociale en Mauritanie. Elle pourrait encore le faire, si seulement, elle voulait bien comprendre, qu'elle fait d'abord de la politique pour les Mauritaniens en Mauritanie. Elle doit retourner à l'essentiel, aller vers le peuple, lui parler un langage qu'il comprend, lui vulgariser le fonctionnement des institutions, lui offrir la pédagogie du respect, en expliquant les perspectives, les projets, les objectifs, les attentes.

Pour être tout à fait juste, l'opposition fait ce travail mais il est très rarement relayé dans les médias nationaux. L'opposition devrait donc se convertir à d'autres méthodes de communications, pour atteindre son public. Se rapprocher des médias alternatifs créés par des citoyens Mauritaniens par exemple.


Regarder dans la même direction.

Il y a les sales tours qui sont tendus aux populations, pour les empêcher de voter, en créant sur leurs chemins différents obstacles. Commençons par le transport, en prenant la capitale Nouakchott comme exemple de référence. En effet, la capitale regroupe un très bel échantillon de population, entre 800.000 et 1.000.000 d'habitants, sur une population totale estimée dans sa marge généreuse à 4.000.000 d'habitants.


Pendant la période électorale, les transports publics qui sont en réalité privés, disparaissent tout bonnement de la circulation. Ils sont comme réquisitionnés, par la main invisible du destin des élections.


6 vues0 commentaire