De la mauvaise utilisation de la télévision nationale en Mauritanie.

En dépit de bien des progrès, il faut se résoudre à reconnaître que la télévision nationale, n'est toujours pas un outil mis au service des populations. Elle n'est pas un vecteur de confiance en matière de transmission de l'information, elle ne participe pas de l'éducation de la nation, elle ne favorise pas la cohésion populaire, elle n'est pas une plate-forme pour la découverte de talents et elle ne promeut pas notre rayonnement culturel.


Ce n'est pas faute d'avoir les ressources humaines suffisantes ou le matériel adéquat pour officier ce travail. C'est objectivement un manque de volonté politique, parce que la télévision nationale en Mauritanie est devenue une créature inaudible et sans saveur, contrôlée par l'État et sa vision singulière de la communication.


Les Mauritaniens n'ont pas besoin de se comprendre.

On pourrait croire que dans un pays comme la Mauritanie, qui est multiculturel, pluriethnique et biracial, la communication serait un enjeu majeur. C'est aussi ce que doivent penser les quelques individus ou groupes, qui ont l'arrogance de croire nous diriger. D'où l'importance, pour eux, de nous maintenir à ce stade primaire d'interaction, qui consiste à n'échanger qu'avec ceux qui peuvent nous comprendre.


La preuve de cette mauvaise volonté et de cette obstruction manifeste, se trouve dans l'inexplicable réticence à traduire. On veut bien nous formater des journaux d'informations dans toutes les langues nationales du pays mais en aucun cas, l'idée de croiser ces langues sur les mêmes plateaux et de les traiter sur un pied d'égalité, ne vient à l'esprit de quelqu'un.


L'Islam fait pourtant de nous des traducteurs.

Transmettre un message au monde, suppose de le faire d'abord dans une langue qu'il comprend et après de lui suggérer la nécessité d'apprendre la langue originelle du texte.

En Mauritanie, nous sommes heureux et fiers de compter en notre nation, les plus grands peuples de la région de l'Afrique de l'Ouest et du Nord. Avec ces peuples, viennent leurs langues, parlées par des millions de locuteurs dans la région et le monde. Ce sont des atouts et non des raisons de disputes stériles.


Il faut embrasser nos forces et bannir nos préjugés.

Pour bâtir une destinée commune, il faut impérativement se respecter, se comprendre et définir des objectifs à atteindre. Cette vision, on est en droit de l'attendre de la part d'une télévision qui représente la nation, émet sur tout le territoire Mauritanien et au-delà.






14 vues0 commentaire